Le combat de la coalition s’inscrit, en mon sens, tout-à-fait en harmonie avec plusieurs des principes et des causes soulevées par cette organisation. Dois-je insister sur le fait que le SIC-SRD et son cousin germain, le dossier santé Québec, constituent les pointes de l’iceberg de cette lignée très actuelle qui consiste à exploiter au maximum les nouvelles technologies que sont l’informatique à l’ère «G», la numérisation et les possibilités inouïes de l’internet?

Ce que j’ai particulièrement apprécié dans ma lecture c’est la façon dont les auteurs s’y prennent pour éviter les dialogues de sourds qui tranchent le débat en se barricadant derrière un de deux discours dogmatiques soit, celui des technophobes d’un côté et, de l’autre, celui des technophiles.

Il existe tout un éventail de positions entre ces deux pôles, dont des variantes motivées par des croyances religieuses, le conservatisme plus ou moins inspiré des mêmes racines mais également dérivé du phénomène de la génération «granola» et du mouvement de retour aux sources. Ou encore ceux qui préconisent la rectitude politique, ceux que je considère comme des scrupuleux anonymes …

Or, nous devons éviter les discours polarisés qui simplifient le débat en n’invoquant que l’un ou l’autre ligne d’argumentation en méprisant son contraire, tout ça à des fins démagogiques bien entendu. Un peu comme on l’a fait ces derniers temps au sujet des controverses entourant la crise de la H1N1 lorsque les pro-vaccins assimilaient leurs adversaires aux adeptes de la théorie du complot mondial tandis que les plus farouches anti-vaccins s’en remettaient trop facilement à des clichés opposés. Voici donc l’extrait propose.

Defending Rights While Taking Risks Seriously

Responding to the polarization of the debate between technophobes and anti-regulatory technophiles, an emerging global network of technoprogressive thinkers are defending individuals’ rights to use human enhancement technologies, while taking seriously the need to regulate their safety and social consequences. Technoprogressives address questions such as peoples' right to use—and not use—cognitive enhancement technologies in an increasingly competitive society.

How much clinical testing will be necessary to ensure the safety of genetic enhancements? How can we regulate psychoactive drugs in a way that respects cognitive liberty? When should parents be permitted to genetically enhance their children? How can we avoid exacerbating inequality as human enhancement technologies spread? Which enhancement therapies should be provided through the market and which as a right of citizenship through universal health plans?

N’hésitez pas à fouiller le site, il en vaut largement le détour. Vous le trouverz au : http://ieet.org/